Le petit sapin



Réjouis-toi avec moi! dirent le vent et la
lumière du soleil.
Réjouis-toi de ta verte jeunesse, dehors, à l'air
libre!
Mais il ne se réjouissait pas du tout.
Il grandissait vite, l'hiver et l'été il restait vert ;
il était vert sombre. Les gens qui le voyaient disaient: <<Voilà
un joli arbre ! >> Et Noël, il fut le premier abattu.
La hache trancha profondément dans sa moelle.
Il tomba sur le sol avec un soupir, 

il éprouva une douleur, une défaillance; 

il ne pouvait pas du tout penser à aucun bonheur,

 il était désolé de quitter son séjour familier,
l'endroit où il avait poussé .

Il savait bien qu'il ne verrait plus jamais les chers vieux camarades, 

les petits buissons et les fleurs d'alentour, peut-être pas même les oiseaux.
Le départ vers la Mort n'avait vraiment rien d'agréable.
Moi petit sapin, je vous en supplie pour vos fêtes de Noël
n'assassiner plus mes petits frères